Back
Les serveurs de données du site internet de l'ARACT ont été directement impactés par l'incendie du 10 mars de notre hébergeur OVH.
Le site est donc en cours de restructuration et peut contenir des informations manquantes ou archivées. Vous remerciant de votre compréhension.

Egalité professionnelle

L'égalité professionnelle hommes-femmes s'invite volontiers dans les débats autour de la qualité de vie au travail. Cibles de toutes les attentions : l'égalité salariale et la conciliation entre la vie professionnelle et la vie familiale. Mais quid des conditions de travail ? Sont-elles identiques entre les hommes et les femmes ?

Sur le plan des chiffres, la région se situe dans la moyenne nationale en matière d'égalité hommes-femmes. L'Insee pointe néanmoins une insertion professionnelle plus difficile et des écarts salariaux plus importants.

Mais surtout, en Normandie comme sur le plan national, les femmes et les hommes ne sont pas confrontés aux mêmes conditions de travail.
La raison principale : ils n'occupent pas les mêmes emplois. Les stéréotypes ont la vie dure et l'orientation professionnelle est encore aujourd'hui fortement associée au genre…

Pour preuve, selon une étude réalisée sur le territoire de "l'ex" Haute-Normandie, l'éventail des professions exercées par les femmes est plus réduit. 50% des femmes sont concentrées dans 11 familles professionnelles, contre 18 familles pour les hommes. Les agents d'entretien, enseignants, et employés administratifs de la fonction publique regroupent près de 20% de la population salariée féminine, et seulement 6% d'hommes. Chiffres Insee.

La division sexuée du travail persiste...

Plus encore, on assiste à une répartition sexuée des tâches dans les entreprises : à poste équivalent, les tâches confiées aux deux sexes ne sont pas les mêmes. En effet, on confère encore aux femmes et aux hommes des compétences dites "naturelles" : force et autorité pour les uns, minutie et empathie pour les unes, par exemple…

Pour autant, le travail est-il plus pénible pour les hommes, comme le voudrait l'idée reçue ? Les données statistiques tendant à prouver le contraire. Car s'il est vrai que les hommes sont davantage soumis au port de charges lourdes, le travail des femmes est tout autant marqué par la pénibilité : travail répétitif, postures contraignantes, station debout, travail permanent sur écran, ou encore en relation constante avec le public, travail morcelé et interrompu. Voir Baromètre régional des conditions de travail.

Des effets différents sur la santé

Conclusion : homme ou femme, nous sommes tous confronté(e)s à certaines formes de pénibilité au travail ou de risques professionnels. Mais des formes différentes, qui n'entrainent donc pas les mêmes conséquences sur la santé…

Par exemple, on observe que les maladies professionnelles touchent autant les femmes que les hommes. Mais en 10 ans, leur nombre a augmenté deux fois plus vite pour les femmes. De même, entre 2001 et 2011, les accidents de travail concernent deux fois plus d'hommes que de femmes. Toutefois, ceux touchant des femmes est en augmentation tandis qu'il est en baisse régulière pour les hommes. Etudes DARES.

Une dimension liée aux conditions de travail trop souvent méconnue dans les démarches liées à l'égalité professionnelle.

"Chausser les lunettes du genre"

Un vaste chantier reste donc à mener dans la région, pour favoriser une mixité et une égalité professionnelle à tous niveaux :
• développement de la mixité à tous les postes, sur toutes les fonctions et dans toutes les tâches
• réduction de la pénibilité pour permettre à tous, hommes ou femmes, d'accéder à tous les emplois et de réaliser toutes les tâches
• gestion des ressources humaines basée sur les compétences et non une division "sexuée" du travail
• prise en compte de la réalité des conditions de travail des hommes et des femmes dans les démarches de prévention de la pénibilité, pour des actions plus ciblées et plus efficaces

Découvrez également

le module d'auto-diagnostic en ligne
"Egalité professionnelle : j'ai fait une analyse chiffrée, et après ?"
, proposé par l'Aract.

 

Aucun message